Formation et recherche dans le travail social : de nouveaux espaces de collaboration ?

Le 16ème numéro de la revue Sociétés et Jeunesses en Difficulté (SEJED) est disponible en ligne.

Formation et recherche dans le travail social : de nouveaux espaces de collaboration ?

Le 16ème numéro de la revue Sociétés et Jeunesses en Difficulté (SEJED) est disponible en ligne.

Cliquer pour consulter le flyer de la revue SEJED « Formation et recherche dans le travail social : de nouveaux espaces de collaboration ? », le 16ème numéro de la revue Sociétés et Jeunesses en Difficulté (SEJED), est disponible en ligne. Publication de référence de l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ), cette revue pluridisciplinaire de recherche s’intéresse aux enfants et aux jeunes dits « en difficulté » sociale ou familiale qui font l’objet de dispositifs de protection, d’éducation et ou soins spécifiques.

Sous la direction d’Hélène CHERONNET - chercheure à l’ENPJJ et membre du CLERSE, rédactrice en chef adjointe de la revue – et de Michel CHAUVIÈRE, directeur de recherche émérite au CNRS, ce 16ème numéro est l’aboutissement d’une démarche initiée par la tenue des 13èmesjournées de valorisation de la recherche, co-organisée par l’ENPJJ. Il s’intéresse aux nouveaux espaces de collaboration qui s’offriraient à la formation et à la recherche dans le cadre du travail social.

Ce numéro examine l’hétérogénéité des modalités de la collaboration entre chercheurs et professionnels du travail social. Comme le rappellent Hélène Chéronnet et Michel Chauvière, dans l’introduction du numéro, « l’hypothèse collaborative est manifestement des plus clivantes ». L’option collaborative peut-elle véritablement articuler autonomie scientifique, compétences et intérêts des acteurs de terrain ? La finalité de la recherche est-elle explicitement de nourrir les contenus de formation ? Renouveler et partager les connaissances ? Se développer pour répondre aux exigences de l’appareil de formation ? 

Sans prétendre à l’exhaustivité,  les contributions à ce numéro apportent des éléments de réponse et offrent des pistes de réflexion intéressantes tout en développant de nouvelles interrogations.

Les contributions émanent de :

  • Stéphane RULLAC, Philippe LYET et Catherine LENZI, responsables de la recherche dans des institutions de formation en travail social ;
  •  Naoul BOUMÉDIAN, membre du centre d’Etudes et de Recherches en Ingénierie sociale à Louvain la neuve et Namur et praticienne dans un centre de santé mentale à Bruxelles.
  •  Jean-Pierre JURMAND et Delphine BRUGGEMAN (maître de conférences à l’université Lille 3, détachée à l’ENPJJ), chercheurs à l'ENPJJ